:::

Tsai Ing-wen accorde la grâce présidentielle à un chasseur aborigène

  • 20-05-2021
  • La Rédaction
Tsai Ing-wen accorde la grâce présidentielle à un chasseur aborigène
La présidente Tsai Ing-wen a accordé la grâce présidentielle à un homme aborigène de l'ethnie Bunun condamné pour avoir violé les lois sur la chasse et l’usage des armes (Image : CNA)

La présidente Tsai Ing-wen (蔡英文) a accordé la grâce présidentielle à un homme aborigène de l'ethnie Bunun condamné pour avoir violé les lois sur la chasse et l’usage des armes.

Le cas de Tama Talun a suscité de nombreuses questions de droit et a provoqué un débat national sur les droits des aborigènes et sur la protection de l’environnement. L’annonce de la grâce intervient exactement un an après le début du second mandat de Tsai Ing-wen.

Tama Talun, aussi connu sous son nom chinois Wang Kuang-lu (王光祿), appartient à l'ethnie Bunun, un des 16 groupes aborigènes officiellement reconnus par la loi taïwanaise. En 2015, Tama Talun avait reçu une peine de prison de trois ans et demi pour avoir modifié un fusil de chasse afin de chasser une espèce protégée sans autorisation. Le juge l’avait déclaré coupable d’avoir violé la loi taïwanaise sur le contrôle des armes, des munitions et des couteaux ainsi que la loi sur la protection de la vie sauvage.

Mais des militants des droits aborigènes ont contesté le verdict en faisant remarquer que la chasse faisait partie intégrante de la culture Bunun et en affirmant que ces deux lois étaient discriminantes puisqu’elles restreignaint l’expression de la culture aborigène.

L’affaire de Tama Talun a été portée devant la Cour suprême et la Cour constitutionnelle a finalement produit une interprétation des lois en questions le 7 mai, jugeant que certains dispositions centrales des lois étaient en effet inconstitutionnelles, mais les parties qui sont constitutionnelles confirment les sanctions infligées à l’encontre du chasseur.

Le Bureau présidentiel a déclaré que la grâce accordée par Tsai Ing-wen visait à exprimer le respect de la présidente pour la culture aborigène, ajoutant que la décision était une étape importante dans la poursuite de la justice transitionnelle et historique pour la population aborigène.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus