:::

Une semaine après la Chine, Taiwan soumet sa candidature au CPTPP

  • 23-09-2021
  • La Rédaction
Une semaine après la Chine, Taiwan soumet sa candidature au CPTPP
illustration CPTPP

En début de semaine nous vous annoncions que Taiwan avait pris du retard au niveau de sa candidature au partenariat trans-pacifique global et progressiste (CPTPP). Un député avait alors exhorté Taiwan à agir avant que la Chine n’intègre ce partenariat qui avait posé le même jour sa demande d’intégration.
Taïwan a finalement présenté officiellement sa candidature pour rejoindre le CPTPP hier.

Même si la Chine est légèrement en avance, les deux puissances motrices de ce partenariat, le Japon et l’Australie semblent plutôt réticentes à l’arrivée du géant économique, l’Australie a déjà même posé ses conditions alors que le Japon a affiché son soutien à Taiwan à maintes reprises.
En ce qui concerne les avantages économiques, les secteurs qui seront les plus concernés sont le secteur agricole et celui de l’automobile, principalement le commerce de pièces détachées et accessoires pour l’automobile.

Le président de la Commission du développement national, Kung Ming-hsin (龔明鑫), explique les répercussions économiques pour Taiwan si les candidatures de certains pays comme l’Angleterre, la Corée du Sud, la Thaïlande, l’Indonésie ou les Philippines sont validées : « Si ces pays sont intégrés et non Taiwan, notre économie sera affectée négativement à hauteur de 0,56%. Si notre candidature est acceptée, nous pouvons nous attendre à une hausse économique significative. Une croissance de plus de 2% est envisageable. Cet écart est très important, cependant certains secteurs seront tout de même touchés. »

Actuellement le poids économique des membres du CPTPP est de 13% du PIB mondial et représente 24% des échanges commerciaux internationaux de Taiwan.

Selon Kung Ming-hsin, si Taïwan ne rejoint pas le CPTPP, les secteurs pétrochimiques, plastiques, du caoutchouc, de l’acier, chimiques, des matériaux de construction ou des services devront faire face à une barrière tarifaire élevée.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus